Skip to contentSkip to navigation

Skeels Danse

La rose de Jéricho

Le spectacle

Jéricho : l’une des plus anciennes villes habitées au monde, vieille de plus de 9 000 ans. Jéricho : une ville au milieu du désert, mais où d’abondantes sources d’eau jaillissent. La rose de Jéricho est une plante qui s’est adaptée à son environnement. Ainsi, elle peut survivre à une longue saison sans pluie. Elle prend alors l’aspect d’une plante desséchée, mais, au contact de l’eau, elle reverdit. Le corps, selon Andrew Skeels, est une rose de Jéricho qui ne demande qu’à s’épanouir, qu’à échapper à l’aridité pour se déployer, se mettre en mouvement, ouvrir les bras et le cœur et s’abandonner à la danse.

Ancien danseur des Grands Ballets Canadiens de Montréal, Andrew Skeels a travaillé avec les plus grands chorégraphes. Il se fait aujourd’hui maître d’œuvre. Nourri à la fois de son héritage classique, de danse contemporaine et de danses urbaines, il entraîne dans sa gestuelle fluide sept danseurs aux formations diverses. Tous sont emportés dans cet hymne à la solidarité et cette échappée belle, qui a sur le spectateur l’effet d’une source d’eau vive.

Les crédits

Chorégraphie
Andrew Skeels

Avec
Alexandre Carlos
Jossua Collin Dufour
Jessie Lhôte
Odile-Amélie Peters
Alisia Pobega
Lila-Mae Talbot
Brett Andrew Taylor

Collaborateurs
Nicole Barron
Sussan Deyhim
Sunny Doyle
Sophia Graziani
Richard Horowitz
Gillian Nasser
Damian Siqueiros
Rasmus Sylvest
Wilber Tellez

L'écho des médias

« Grâce à la belle chorégraphie d'Andrew Skeels, cela donne un ballet extrêmement beau et sensuel, extrêmement athlétique et fluide, où les danseurs conjuguent la danse contemporaine, avec le ballet classique et les danses de rues. L'ensemble est très réussi et très original. La performance des danseurs incroyablement exigeante et précise. »
– Sophie Jama, Huffington Post

« Mais Rose of Jericho est surtout un acte de résistance, un essai chorégraphié interventionniste, là où le politique se substitue aux gestes, aux silences qui parlent et à ce miroir jeté aux spectateurs comme s’il fallait qu’eux aussi participent à cette aventure. Pourtant, ce qu’on retiendra, c’est bel et bien que Skeels, en « citoyen du monde », réunit une pleïade d’artistes issus de l’immigration. Par les temps qui courent, il faut oser et continuer fréquemment à le faire. »
– Élie Castiel, Revue Séquences

« Grand coup de cœur mardi soir pour Andrew Skeels et sa compagnie, venus présenter à la Cinquième Salle de la Place des Arts. Le tout est magnifiquement porté par sept danseurs complices, qui sont totalement imprégnés par le sujet délicat traité dans la pièce. »
– Jeanne Hourez, Sors-tu.ca

« Il s’agit là d’une approche audacieuse et pacifique qui mérite l’ovation finale du public. »
DFdanse

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais affiché publiquement. Cette information restera anonyme.